Problème récurrent du stationnement des personnes en situation de handicap

Deci-delà

Problème récurrent du stationnement des personnes en situation de handicap

Tout comme l'Association des Paralysés de France (cf. Revendication de l'APF - mars 2009), notre association constate :

-          Un manque évident de places de stationnement pour les personnes à mobilité réduite d'autant que ces dernières ne concernent pas exclusivement les personnes en fauteuil roulant mais toutes les personnes ayant obtenu le macaron GIC-GIC accordé temporairement ou définitivement par les MDPH.

-          Des places de stationnement non conformes à la législation en vigueur (largeur à 3,30 et longueur réglementaire de 5 m est  trop courte pour permettre une sortie du fauteuil roulant par l'arrière, mais aussi un accès protégé au trottoir entre deux véhicules totalement impossible actuellement).

-          Enfin, une utilisation abusive, par des personnes non habilitées, des places réservées aux PMR. Il y a une nécessité urgente à sensibiliser les populations par le biais des médias et aussi auprès des jeunes collégiens et lycéens dans le cadre de journées pédagogiques.

-          Par ailleurs, il est absolument nécessaire de renforcer les sanctions envers les contrevenants (amende de 135 euros) d'autant plus que maintenant les places pour PMR doivent bénéficier du panneau arrêt interdit qui remplace progressivement et jusqu'en .... 2018 ! Lle panneau stationnement interdit (arrêté du 12 février 2008  article 55 § C précise que l’interdiction de stationner doit faire l’objet d’une signalisation verticale. Cette signalisation est constituée par le panneau B6a (interdiction de stationner), devenu B6d (interdiction d'arrêt) depuis l'arrêté du 11.02.08 - JO du 24.04.08) complétée par le panonceau M6h (interdit sauf GIG-GIC).

D'une manière générale nous constatons une dérive quant à l'interprétation des textes en matière de matérialisation des places réservées aux PMR .

Écrire commentaire

Commentaires : 0